navigation

Montréal et ses miroirs 6 octobre, 2013

Posté par francolec dans : Histoire,Identité,Montréal , trackback

 

 

 

Montréal et ses miroirs dans Histoire centre-ville-juillet-2010-182-231x300

 

Montréal fait partie de ma vie d’historien et de muséologue depuis longtemps, comme de ma vie tout court. Question d’attachement comme citoyen qui a grandi à Saint-Léonard, banlieue de l’île, puis vécu dans Côte-des-Neiges, Rosemont, Villeray et Parc-Extension. Le Centre d’histoire de Montréal en fait son objet d’exposition et de questionnements depuis bientôt trente ans, il est donc difficile de ne pas avoir quelques idées à son sujet!

Pour la plupart des urbains que nous sommes, la ville se vit au quotidien, avec son labeur, ses petits plaisirs, ses désagréments, ses soucis et son potentiel de rencontres, de découvertes et d’expériences. Ce quotidien occupe tant de place qu’il en reste bien peu pour les préoccupations plus globales qui touchent l’avenir de la ville, son identité, ses ambitions. Il est plus simple de l’utiliser comme un simple outil et pester quand la machine cloche – pannes de métro, nid-de-poule, lenteurs administratives…Tout le monde s’entend sur le rôle fondamental d’une municipalité, celui de faire en sorte que la vie sociale et la vie économique trouvent les conditions propres à leur développement. Pendant longtemps, ses activités se sont limitées à une liste relativement courte de services, en bon gestionnaire du quotidien.

Depuis plusieurs décennies, sa mission s’est étendue à d’autres champs de la vie économique, sociale et culturelle. Ceux qui réclament des élus et de l’administration publique une vision du développement de la métropole ne sont pas que des utopistes et des rêveurs, ils voient l’importance des villes dans le destin de leurs nations et du monde. Mais comment développer une vision de sa ville sans une certaine conscience de son identité propre, de son évolution et de son histoire? Il ne s’agit pas ici de chercher les recettes du succès dans le passé, mais de tenter de décoder le code génétique de la ville, ou du moins son caractère, en décelant les traits distincts, les originalités et les innovations parfois inconscientes qu’elle a produites. La métropole du Canada devenue métropole du Québec a toujours  cherché ses références dans les villes les plus cotées auxquelles elle croyait devoir se comparer. Hier, on regardait Londres, Paris ou New-York, récemment Lyon et maintenant, Barcelone. Mais ces miroirs étincelants l’ont peut-être éblouie sans lui révéler ce qu’elle est.

Montréal aurait-elle trouvé son identité en évitant d’en affirmer aucune? Peut-être faudrait-il commencer par l’observer avec un regard d’ethnologue non dénué d’affection. Prenons le temps d’examiner sérieusement l’histoire et l’expérience quotidienne des Montréalais et leur relation avec leur ville, pour en déceler ce qui en fait le caractère unique. Nous pourrons ainsi mieux l’exprimer dans nos aménagements, notre architecture, nos projets urbains et culturels. Elle deviendra elle-même un modèle, sans l’avoir cherché!

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

L'Art enfante Un® |
Agricola... Aquarelles en ... |
"d'Une Rive à l'Autre" 23 e... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Marianne Leuba Willemin, le...
| Graphiste & Illustratri...
| LA PETITE GALERIE